Introduction à l'harmonie

Publié le 16 Juillet 2014

Bien qu'en vacances d'été, nous n'avions pas envie de vous abandonner totalement, alors nous avons créé une rubrique historique !

Dans la mythologie grecque Harmonie est la fille d'Arès (dieu de la guerre) et d'Aphrodite (déesse de l'amour). Elle épouse Cadmos, fondateur de Thèbes, et les dieux assistente exceptionnellement à ce mariage d'un mortel et leur offrent des cadeaux mirifiques.

Cadeaux qui porteront malheur à tous leurs possesseurs, histoire de rappeler qu'il ne faut pas rompre l'harmonie.

Antoniucci Volti, 1992 : Harmonie

Antoniucci Volti, 1992 : Harmonie

On retrouve d'ailleurs à cette époque L'harmonie des sphères, théorie pythagoricienne sur l'univers, régit par des rapports numériques harmonieux. L'harmonie comme bonne proportions et convenance entre parties, et les sphères comme zone d'influence d'une planète.

Il n'est donc pas illogique qu'un astéroïde reprenne ce nom : (40) Harmonie est découvert par Hermann Goldschmidt en 1856 (aucun lien de parenté apparent avec le compositeur ni avec le créateur de la bombe atomique française).

Il donne son nom à la fille du plombier Mario et de la princesse Peach, responsable de l'Observatoire de la Comète (bon, elle ne porte ce nom qu'en France, son nom original est Rosetta).

Princesse Harmonie. Nintendo, 2007 : Super Mario Galaxy.

Princesse Harmonie. Nintendo, 2007 : Super Mario Galaxy.

Avant cela Pythagore définit l'harmonie musicale.

La relation entre la longueur d'une corde et la hauteur du son émis lorsqu'elle vibre est décrite mathématiquement, avec l'octave, la quinte et la quarte. Vers la fin du Moyen-âge apparaît la polyphonie : on peut chanter plusieurs voix à la fois. Les accords, et leurs enchaînements, deviennent un art codifié, où l'harmonie le dispute au contre-point, où l'harmonie (jouer les notes les unes au-dessus des autres) s'associe à la mélodie (jouer les notes les une après les autres) au rythme et donc au timbre (la différence de sonorité d'une voix à l'autre) et à la tessiture (la hauteur de la voix).

C'est de là que naissent l'échelle diatonique (puis chromatique) et l'accord parfait construit sur la tierce pythagoricienne (fondamentale – tierce majeure – quinte) : do – mi – sol. C'est ce que l'on appelle l'harmonie tonale, prédominantes dans la musique classique européenne, jusqu'aux musiques actuelles (bien peu se risque à la musique atonale).

Les musiques utilisant d'autres échelles sont qualifiées d'hétérophoniques.

On peut donc en déduire que les orchestres se développant à partir de cette époque (au-delà de la formation de chambre) joueront de la musique harmonique.

Pourtant, l'orchestre d'harmonie est une spécificité française. Non pas qu'il n'en existe qu'en France, mais que ce nom n'est pas utilisé ailleurs !

Les premières formations du genre ensemble à vent naissent dans la France révolutionnaire et alentours (Suisse, vallée d'Aosta...). La musique professionnelle se résumait alors à la musique de l'opéra (Paris et Lyon) et à la musique militaire.

N'ayant pas de source précise il nous semble logique d'imaginer que les conscrits occupaient leur temps libre à apprendre et exercer la musique qu'ils devaient jouer en cérémonie et qu'ils se retrouvaient pour créer un groupe en rentrant chez eux après leurs années de mobilisation. D'ailleurs on le retrouve là où les soldats se rassemblent, souvent à l'usine ou à la mine.

La formation la plus répandue au début du Xxème siècle est la clique réunissant bois (flûtes ou fifres) percussions (tambours) et cuivres (clairons), mais la musique militaire professionnelle popularisée dans le monde entier par l'éclat de la Révolution bénéficiait des innovations techniques depuis la fin du XVIIIème siècle, et on verra apparaître des instruments comme ceux créés par Adolphe Sax.

La plupart des cliques s'est transformée après la Seconde Guerre Mondiale en batterie-fanfare (littéralement percussions et cuivres) conservant l'héritage militaire ou en harmonie pour se rapprocher de la dimension orchestrale du symphonique (concerts en kiosque ou en salle).

Pour assurer un niveau et un renouvellement des membres, ces ensembles créent le maillage des écoles de musique que l'on connaît aujourd'hui.

L'harmonie se différencie du symphonique par la quasi absence d'instruments à cordes (quoique certains fussent tolérés) et la présence de saxophones (rarement présents dans la musique symphonique). Le répertoire va de la musique militaire à la musique actuelle, en passant par les musiques de films ou les musiques dansantes (musette, jazz, rock...).

Rédigé par Harmonie Saint Clair de Nantes

Publié dans #Instruments

Repost 0
Commenter cet article