Les bois : surprise n°1

Publié le 30 Juillet 2014

Dans notre toute première rubrique nous réhabilitions un instrument souvent sous-estimé. Alors vous vous doutez bien que nous n'allons pas évoquer ici les stars que sont les clarinettes (ou hautbois, c'est pareil) et les flûtes. Non, nous allons vous faire découvrir des instruments que vous ne connaissez certainement pas, et que vous ne découvrirez pas en concert car tombés en désuétude depuis fort longtemps.

Chronique C'est ainsi qu'un la est grand : l'heckelphone

Du galiléen "Hec'hell" : grand tube ; et du finois "Fôon" : entrejambe.

Sorte de hautbois-baryton proche du contrebasson piccolo.

En jouer n'infatue pas son propriétaire.

Les exemplaires, rarissimes et numérotés de 1 à 14, sont fabriqués à la main avec des rebuts de hautbois par des ouvriers alcooliques et taciturnes. Les écarts d'un modèle à l'autre étant toujours considérables, il est d'usage que le chef d'orchestre s'en informe avant l'exécution par la phrase convenue : "Puis-je vous demander votre numéro d'heckelphone ?*"

Strauss et Schillings n'ont pas osé lui consacrer un concerto, et Debussy a remanié au dernier moment son Prélude à l'Après-midi d'un Heckelphone pour en tirer la version affaiblie que l'on connaît.

* L'auteur remerce Friedrich Von Barbotey, premier heckelphone de l'ex-orchestre de Bagdad (Hautes-Pyrénées) pour cette plaisanterie laborieuse.

extraits de Le basson n'est pas contagieux, Vincent Lajoinie, éd. Van de Velde, 1993

Alors, contents ? Vous vous coucherez moins bêtes (mais vous vous coucherez quand même) !

Prochaine surprise, un instrument qui est aux chocolats ce que les fleurs sont aux bijoux en toc.

Rédigé par Harmonie Saint Clair de Nantes

Publié dans #Instruments

Repost 0
Commenter cet article