Les bois : surprise n°2

Publié le 6 Août 2014

Vous allez sans doute découvrir un instrument qui est pour moi un usurpateur, reprenant l'un des instruments préférés mais en substituant un bec à anches à l'embouchure qui est de loin le symbole des plus belles musiques !

Chronique C'est ainsi qu'un la est grand : le sarrusophone

Du galiléen "Sar'uhs" : très grand tube ; et du finnois "Fôon" : entrejambe.


Sorte de contrebasson baryton, très éloigné du hautbois piccolo.

En jouer n'infatue pas son propriétaire.


Les exemplaires, rarissimes et numérotés de 1 à 14, sont fabriqués à la main avec des rebuts de contrebassons par des ouvriers alcooliques et taciturnes. Les écarts d'un modèle à l'autre étant toujours considérables, il est d'usage que le chef d'orchestre s'en informe avant l'exécution par la phrase convenue : "Puis-je vous demander votre numéro de sarrusaphone ?"*


Strauss et Schillings n'ont pas osé lui consacrer un concerto, et Debussy a remanié au dernier au dernier moment son Prélude à l'Après-midi d'un sarrusaphone pour en tirer la version affaiblie que l'on connaît.



* L'auteur remercie toujours Friedrich Von Barboteu, troisième sarrusaphone de l'ex-orchestre de Beyrouth, pour cette plaisanterie laborieuse.

extraits de Le basson n'est pas contagieux, Vincent Lajoinie, éd. Van de Velde, 1993

Vous aimez ça, vous, les faux instruments ?

Alors, cadeau pour notre dernière surprise, nous rendrons visite à l'arlésienne de l'orchestre.

Rédigé par Harmonie Saint Clair de Nantes

Publié dans #Instruments

Repost 0
Commenter cet article